Culture Ciné : Dear White people, notre avis

Dear White People, Ou la nécessité de revoir la mixité sociale aux Etats Unis

Dimanche 8 mars se tenait la Brown Sugar Day organisée par l’agence AK-A, qui s’occupe également de l’événement Natural Hair Academy. En avant-première a été diffusé le film Dear White People, film du réalisateur Justin Simien avec Tyler James Williams ou encore Tessa Thompson.


dear-white-people-beaute-femme-noire Dear White People
dépeint la vie de quatre étudiants noirs dans l’une des plus prestigieuses facultés américaines. Sam une étudiante métisse va se rebeller contre l’administration universitaire et mener un combat pour réformer l’organisation des résidences sur le campus. Réforme qui va engendrer des émeutes lors d’une soirée « Afro-Américaine » organisée par des étudiants blancs.

Justin Simien (32 ans) scénariste, réalisateur et producteur de ce long métrage a mis huit ans pour trouver les fonds nécessaires à la réalisation de ce film qui a été présenté en compétition au festival du film de Sundance 2014 où il a remporté un prix spécial du jury américain.

Le réalisateur nous offre au travers de cette comédie satyrique une vision de la génération Obama tel qu’on ne la perçoit pas au travers des films hollywoodiens habituels, car selon ses propres mots  « la satyre est la façon dont mon esprit fonctionne et ma manière de gérer, la comédie me permet de transmettre des messages forts de façon drôle ».

Ses messages il les adresse à toutes les communautés : noires, blanches et métisses. Chacune reprochant à l’autre ce qu’elle pense, imagine, fantasme. Des cheveux trop lisses pour les uns, des peaux trop bronzées pour d’autres, en passant par les privilèges octroyés du fait de la discrimination positive. Tous les préjugés et clichés sont là. JS : « J’ai eu l’idée de ce film lorsque j’étais moi-même à l’université, université à prédominance blanche. J’ai grandit dans un quartier noir. J’ai donc toujours baigné entre ces deux communautés et j’avais des difficultés pour savoir où était ma place». C’est cette dualité vécue par le réalisateur qui est dépeinte tout au long du film.

Ce film nous invite à nous interroger sur la mixité raciale de notre société française. Quel français noir ne s’est jamais fait la réflexion qu’il devait être meilleur de vivre et de travailler aux Etats Unis plutôt qu’en France? Etre noir aux Etats-Unis n’est pas semblable, qu’être noir en Europe ?

Cependant, comme le rappelle Justin Simien, « Le racisme existe encore malgré l’élection du Président Obama. Et malheureusement le succès d’un homme noir, ne fait pas le succès de toute une communauté. Cette élection occulte les problèmes persistants pour le reste de la population noire ».

Dear White People montre, s’il en était besoin, que les combats contre les préjugés et le racisme sont encore à mener même au pays de l’Oncle Sam… A voir absolument

Bintou T. et May R.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.